Comprendre le Deuil - Accompagnement psychologique pour les Tentatives de suicide, les malades et leurs familles - La fin de vie


Annonces

Lire - Ecouter


Copyright©2010- 2017

Le processus de deuil: comment s'oppère- t- il,
quelle aide trouver auprès d'un spécialiste pour ne pas rester seul


Tous les grands changements entraînent un stress et nécessitent une adaptation et un nouvel équilibre.
Toutefois dans les périodes de deuil à faire, il nous est difficile de prendre des décisions; nous n'en avons pas l'énergie. Faire son deuil nécessite que l'on s'engage dans un travail personnel car la perte de l'autre entraîne aussi la perte d'une partie de soi même. Après la perte d'un objet d'amour nous passons par différentes étapes.


1. Etat de choc et de sidération

- Jambes qui se dérobent
- Etat d'hébétement: on éprouve peu de choses
- Sentiment d'irréalité
- On agit machinalement


2. Dénégation et déni

- non ce n'est pas possible, pas si jeune, pourquoi lui pourquoi moi
- il ne peut pas être mort ce n'est pas vrai


3. Colère

- c'est injuste!
- chercher des responsables, contre le corps médical, l'autre, la justice, Dieu, la vie…


4. Peur - Sentiment d'abandon

- je ne vais jamais pouvoir m'en sortir sans lui (elle)
- d'incapacité à faire face
- peur de l'avenir, angoisse devant ce monde qui n'est plus le même


5. Etape de la tristesse


- "A quoi bon maintenant vivre, je ne m'en remettrais jamais , c'est trop dur ! "
Il est important de vivre jusqu'au bout ce chagrin car petit à petit l'absence s'accepte ; le travail de deuil se fait ainsi que la remontée vers la vie.

Il est necessaire d'accepter la tristesse, il faut laisser le temps faire son œuvre, le deuil se faire et le temps de cicatriser.


6. Puis vient ensuite le temps de l'acceptation

- "j'ai pas le choix, c'est dur mais je vais essayer de vivre le mieux possible".
Ce qui compte maintenant c'est l'avenir, ce n'est pas une démission, c'est une progression, car la vie en vaut la peine.

Avec le temps, on parvient à vivre des périodes de plus en plus fréquentes durant lesquelles on cesse de penser à notre perte, on s'ouvre de nouveau vers l'extérieur, vers le plaisir.

Finalement, on devient un peu plus conscient de la valeur de la vie, des gens, des expériences...
L'on emporte avec soi, l'amour de celui qui est parti, on l'a intériorisé !

Un texte d'Isabelle Bayer
Pour prendre rendez-vous afin de commencer un travail de deuil en consultation, cliquez ici